BCNL4_ART8_FR | BeCommerce

Amazon, Cdiscount… Le commerce en ligne envahit le marché alimentaire bio


Chez nos voisins Français, on s’apprêtent à mettre au point un système vente à distance directement en lien avec les producteurs locaux bio qui vendent des tomates  tout cela en quelques heures. 


Odoo + afbeelding en tekst

 

Chez nos voisins Français, on s’apprêtent à mettre au point un système vente à distance directement en lien avec les producteurs locaux bio qui vendent des tomates  tout cela en quelques heures. Qui dit nouveau business dit nouvelles idées pour les géants de la vente en ligne tels qu’Amazon et Cdiscount. Les agriculteurs qui doutent de cette manie à voir la standardisation au profit du volume exploser. Le bio est un secteur en ébullition et s’est agrandi grâce aux commandes en ligne. Ils promettent aux clients qu’il sseront dotés d’une logistique à la pointe et sans failles.

Nous l’avons compris, le commerce alimentaire est la grande tendance du commerce en ligne en 2021. Amazon a déjà fait part de ses plans en 2017 en rachetant la fameuse firme bio Whole Food. Amazon Go est aussi présent, ce qui permet de renforcer sa présence au niveau logistique en magasin physique. On retrouve également l’hypermarché du web. En France, Monoprix est l’un des partenaires clés d’Amazon.

Ce sont deux acteurs que l’on retrouve en haut du classement pour l’instant « Amazon » et Cdiscount ». Ces acteurs proposent de livrer la marchandise gratuitement et ce, en moins de 2 heures. Un challenge qui ne leur fait pas peur. Le constat est effarant, il semblerait que d’après l’analyse de certains experts, la plupart des gens n’aiment pas faire leurs courses. Aux Etats-Unis, Amazon Key permet aux livreurs de déposer leurs courses dans les réfrigérateurs  des abonnées Prime avec la possibilité de dicter ses commandes à l’assistance vocale Alexia et d’un déclenchement automatique  de commande à partir d’un seul clic. En France, certaines implantations physiques manquent. En Belgique, il faudra attendre un an avant que ces nouveaux types de procédés émergent au niveau national.

En France, il n’est pas question de se laisser dicter les règles du jeu par les mastodontes des ventes en ligne car selon certaines voix qui s’élèvent, l’aspect niche semble et territorial semble être la solution pour vendre des produits alimentaires. Les marketplaces locales sont dès lors convoitées et attisées. La qualité prime plutôt que la quantité. Le prix sera plus élevé pour des acheteurs qui seront de plus en plus exigeants. Les agriculteurs locaux seront donc sollicités à meilleurs prix. Cette solution semble être en faveur des agriculteurs locaux. Une réponse au besoin est satisfaite.


Source

18/01/2021