Nouvelles

Le commerce belge doit vivre avec son temps


Selon Dominique Michel, PDG de Comeos, le commerce belge a pris tellement de retard qu’il n’est toujours pas au 21ème siècle. Le commerce a subi une énorme transformation au cours des dernières décennies. Le pouvoir ne dépend plus du producteur, mais est désormais entre les mains du consommateur. En outre, les limites ont été supprimées avec Internet et d’autres possibilités. Enfin, la technologie est actuellement indispensable au commerce.

À la lumière de notre nouvelle économie, le commerce a plus que jamais besoin de flexibilité. Cela va d'heures d'ouverture plus flexibles des magasins à une livraison rapide à domicile et plus encore. Le consommateur veut pouvoir faire appel à des services adaptés aux besoins de sa vie privée. Les employeurs doivent donc pouvoir adopter une attitude plus flexible envers leurs travailleurs. Quelque chose qui doit être autorisé par notre législation.

Sur le plan social, Dominique Michel voit une autre lacune : les coûts salariaux élevés en Belgique.
Michel précise également que la réglementation belge doit prendre en compte l'aspect numérique. Selon lui, les ventes en ligne à des négociants étrangers devraient être soumises à la même législation.

Reactions (0)

Soyez le premier à laisser votre message...

← Retour sur la revue