Communiqué de presse

Nouveau record dans l’e-commerce belge : déjà 5,29 milliards d’euros de dépenses en ligne rien que pour le premier semestre 2018


BeCommerce affiche une croissance de 8 % par rapport à la même période de l’année dernière

Bruxelles, le 21 septembre 2018 – Les Belges sont de plus en plus nombreux à trouver le chemin des webshops. C’est ce qui ressort des chiffres du BeCommerce Market Monitor, une étude de grande envergure réalisée par GfK à la demande de BeCommerce et avec le soutien de PostNL, Google et Worldline. Ces chiffres indiquent que 5,29 milliards d’euros ont déjà été dépensés en ligne au cours du premier semestre de 2018, soit une hausse de 8 pour cent par rapport à la même période de l’année dernière. Parallèlement, par rapport au premier semestre de 2017, le nombre d’achats en ligne a augmenté lui aussi de 5 pour cent. « Concrètement, on dénombre déjà pour la première moitié de l’année quelque 44,2 millions d’achats. De plus en plus de Belges font aujourd’hui leurs achats en ligne et nous observons par ailleurs une augmentation du nombre d’achats chaque trimestre. La Belgique semble commencer finalement à percevoir les avantages de l’e-commerce, » dit Sofie Geeroms, Managing Director chez BeCommerce.

Principaux postes de croissance : les jouets et les articles de sport et de récréation

Le marché des ventes en ligne représente 18 pour cent des dépenses totales tant en Flandre qu’en Wallonie et à Bruxelles. Ceci entraîne également une croissance plus forte du nombre de dépenses en ligne. Il s’agit respectivement d’une augmentation de 9 pour cent pour la Flandre, contre 7 pour cent pour la Wallonie et Bruxelles. On observe toutefois encore quelques différences entre les différentes régions du pays. Si les Flamands (68 %) font souvent usage des webshops dans le secteur des services tels que les assurances et les forfaits voyage, ce pourcentage est légèrement inférieur à Bruxelles et en Wallonie (60 %).

En Flandre, les « billets d’avion et les hébergements (sans forfait) » restent l’achat en ligne le plus populaire. En termes de dépenses, cela représente une part totale en ligne de 87 pour cent en Flandre et de 80 pour cent en Wallonie et à Bruxelles. Au deuxième rang figurent les « tickets pour des attractions et des événements », avec 81 pour la Flandre et 71 pour cent en Wallonie et à Bruxelles. Le top trois est complété par les voyages à forfait. 65 pour cent de toutes les dépenses en ligne en Flandre ont été consacrées à ce type de voyages, contre 59 pour cent en Wallonie et à Bruxelles.

Des différences sont également à noter entre les régions en ce qui concerne les principaux postes de croissance. C’est ainsi qu’en Flandre, par rapport au semestre précédent, on observe une forte augmentation des dépenses dans le segment « jouets ». Dans cette catégorie, les dépenses au cours du premier semestre de 2017 s’établissaient à 28 pour cent en Flandre ; aujourd’hui, avec 47 pour cent, ce chiffre a pratiquement doublé. En Wallonie et à Bruxelles, le gagnant de ce semestre est le segment Sport & Récréation. Le nombre de dépenses dans cette catégorie enregistre une part en ligne de 30 pour cent pour le premier semestre de 2018. La catégorie Sports & Récréation a même augmenté de moitié comparé à la même période de l’année dernière.

Le deuxième trimestre affiche lui aussi une tendance à la hausse
Le deuxième trimestre de 2018 embraie sur la tendance positive du premier trimestre, même si l’on voit la progression se stabiliser pour cette période. Les dépenses en ligne ont ainsi augmenté de 4 pour cent comparé à la même période de l’année passée, soit 2,57 milliards d’euros de dépenses en ligne d’avril à juin 2018. Parallèlement, on a enregistré une augmentation de 2 pour cent des dépenses en ligne durant cette période, ce qui revient à un total de 21,3 millions d’achats réalisés sur la Toile. Avec 7,1 millions, le nombre d’acheteurs en ligne est toutefois resté stable par rapport au même trimestre de 2017.

Le Belge n’achète pas seulement plus souvent en ligne, mais il dépense aussi de plus en plus dans les webshops. Le montant moyen dépensé en ligne par le Belge est ainsi passé de 348 euros à 364 euros, soit une progression de 5 pour cent.

Le smartphone continue à gagner en popularité
Pour ses achats en ligne, le Belge privilégie de plus en plus le smartphone. Au cours du deuxième trimestre de 2018, pas moins de 24 pour cent de tous les acheteurs en ligne ont fait usage de leur smartphone pour au moins un achat en ligne, contre 22 pour cent l’année dernière. Ceci renforce la troisième place qu’occupe actuellement le smartphone, qui vient menacer progressivement le deuxième rang actuellement encore occupé par l’ordinateur de bureau avec 32 pour cent. L’ordinateur portable reste en tête de ce classement avec 55 pour cent des achats.

Les paiements en ligne par carte de crédit diminuent, PayPal progresse
Environ la moitié des acheteurs en ligne ont également utilisé Bancontact online pour leurs achats en ligne au deuxième trimestre de 2018. La carte de crédit arrive en deuxième position, mais elle perd peu à peu de l’importance comme moyen de paiement. C’est ainsi qu’au deuxième trimestre de 2017, 49 pour cent des Belges utilisaient encore leur carte de crédit pour au moins un achat en ligne, contre 45 pour cent aujourd’hui. PayPal renforce en revanche sa troisième position avec 27 pour cent d’acheteurs en ligne.

Concernant le BeCommerce Market Monitor
Le marché total des e-consommateurs belges est défini dans le BeCommerce Market Monitor. Le rapport est basé sur une combinaison unique de différentes sources de données: le suivi continu des données des consommateurs complété par des panels de vente au détail et des recherches supplémentaires sur les consommateurs réalisées auprès de 4000 consommateurs par trimestre. Dans la définition du marché en ligne total, tous les achats personnels et domestiques sont inclus, à l'exclusion des jeux en ligne (jeux vidéo et casinos). Les retours des articles commandés et qui n'ont donc pas été achetés sont également exclus de ce rapport. Le rapport distingue les produits et les services et ce sur base de 18 segments de marché spécifiques.

Les achats de produits et de services B2C sont couverts par le BeCommerce Market Monitor, quel que soit l'endroit où ceux-ci ont été achetés: à la maison, au travail, sur la route, dans une rue commerçante ou dans un magasin (boutique en ligne via tablette ou colonne). Les chiffres présentés sont des chiffres TVA comprise.

BeCommerce commande cette recherche à grande échelle. Le BeCommerce Market Monitor est exécuté par GfK et est rendu possible grâce à Worldline, PostNL et Google.

Contact : 
Sofie Geeroms
info@becommerce.be
0032 472 32 50 74

Reactions (0)

Soyez le premier à laisser votre message...

← Retour sur la revue