Le Belge dépense un montant record de 3,69 milliards d'euros en li

BeCommerce Market Monitor

BeCommerce Market Monitor : le secteur des voyages redevient un moteur du commerce électronique

Bruxelles, le 16 juin 2022 - Les Belges ont dépensé en ligne une somme record au cours des trois premiers mois de 2022. En cette période postpandémie, marquée par une inflation galopante due à la guerre en Ukraine, chaque Belge a dépensé en moyenne 521 euros en ligne en trois mois. Le secteur des voyages et des événements en ligne, en particulier, a énormément progressé après avoir été durement touché pendant deux ans par la crise du Covid-19. Cela ressort clairement du BeCommerce Market Monitor, une étude de BeCommerce, menée par GfK avec le concours de la Loterie nationale et de FedEx. Par ailleurs, avec la hausse des réservations de voyages, la carte de crédit gagne à nouveau du terrain. Ce moyen de paiement reste particulièrement populaire pour les grosses sommes d’argent et les voyages. Au total, les Belges ont dépensé environ 3,69 milliards d’euros en ligne au cours du premier trimestre, soit une augmentation de 30 % par rapport à la même période l’année précédente.

Le secteur des voyages et des événements renaît de ses cendres

Les chiffres du Market Monitor de BeCommerce sont éloquents : le secteur des voyages et des événements est de retour. Au cours du premier trimestre 2022, les Belges ont dépensé environ 1,7 milliard d’euros en services en ligne, soit deux fois plus par rapport à la même période l’année précédente. Les achats d’hébergements, de billets d’avion et de billets pour des parcs d’attractions et des événements ont plus que doublé. Les voyages organisés ont même plus que triplé par rapport à la même période de l’année dernière. 

« Après deux années perdues, les consommateurs optent à nouveau résolument pour les expériences pour ce printemps et cet été », observe Sofie Geeroms, Managing Director de BeCommerce. « Il y a beaucoup de choses à rattraper, et beaucoup de voyages et d’événements sont donc organisés et réservés. Le divertissement comptera parmi les priorités des consommateurs dans la période à venir. De plus, il semble que les consommateurs ne cherchent plus à avoir l’appareil le plus récent, mais veulent faire le voyage lointain dont ils rêvaient depuis longtemps. Dans le même temps, ils sont conscients de l’inflation et de la hausse des prix, et achètent en ligne en faisant davantage attention au prix, à la recherche de produits essentiels. Ce sont surtout les vêtements, les chaussures et les produits alimentaires qui continuent de progresser. »

Le secteur des voyages en ligne dépassé par les événements pour la première fois  

Il est frappant de constater que, pour la première fois depuis le lancement du Market Monitor (2015), les achats en ligne de billets d’avion individuels et d’hébergements ne sont plus les produits les plus fréquemment achetés en ligne par rapport aux ventes hors ligne.. 86 % de tous les billets d’avion et hébergements ont été achetés en ligne. Cette catégorie est donc en train d’être dépassée par la catégorie des « billets pour les parcs d’attractions et les événements » : 87 % des achats de cette dernière catégorie sont effectués en ligne. La croissance la plus frappante se situe dans le secteur alimentaire : 4,2 % de tous les achats alimentaires s’effectuent en ligne. Néanmoins, l’alimentation ne peut rivaliser avec les vêtements et les chaussures, qui sont les produits les plus souvent achetés en ligne. Quatre vêtements sur dix sont achetés en ligne. Pour l’achat de chaussures, la proportion est d’un quart.

« Nous avons déjà observé cette évolution pendant les années de pandémie : les consommateurs ont pris l’habitude d’acheter des vêtements et des chaussures en ligne », explique Sofie Geeroms. « Aujourd’hui, les magasins sont à nouveau ouverts et pourtant le nombre de transactions en ligne ne cesse d’augmenter. Avec la hausse de l’inflation, les consommateurs font plus que jamais leurs achats en tenant compte des prix : ils tiennent non seulement compte du prix du produit, mais aussi de plus en plus du coût du transport. » 

3,69 milliards d’euros dépensés en ligne au premier trimestre

Au cours des trois premiers mois de 2022, chaque Belge a dépensé en moyenne 521 euros en ligne. En 2021, ce montant ne représentait encore que 393 euros. Cela signifie qu’un euro sur quatre dépensé par les Belges l’est en ligne. Au total, 3,69 milliards d’euros ont été dépensés en ligne en trois mois, ce qui représente une augmentation d’un tiers par rapport à l’année dernière. Par achat, les Belges ont dépensé en moyenne 85 euros, pour un total de 43,2 millions d’achats. Les principales raisons qui poussent les Belges à acheter en ligne selon le BeCommerce Market Monitor sont le gain de temps et la commodité. Les frais d’expédition sont considérés comme le principal inconvénient, tout comme le manque de contact avec le produit.

« La semaine dernière, Shein, boutique d’e-commerce chinoise et phénomène TikTok, a ouvert un magasin pop-up sur le Meir à Anvers où personne ne peut ni essayer ni acheter, mais où les visiteurs peuvent prendre en main et examiner le produit. L’achat se fait toujours au moyen d’un code QR sur la boutique en ligne », explique Sofie Geeroms de BeCommerce. « Ainsi, pour la première fois, le magasin physique compense l’un des principaux obstacles pour les consommateurs, sans sacrifier les grands avantages du commerce électronique : les frais d’expédition ne l’emportent plus sur la commodité et le gain de temps. »

La carte de crédit reste populaire pour les voyages

Maintenant que les voyages ont à nouveau le vent en poupe, la carte de crédit regagne également en popularité. Un sixième des achats a été effectué par carte de crédit. Néanmoins, Bancontact reste le moyen de paiement le plus populaire. La plupart des achats sont encore effectués sur un ordinateur portable : pratiquement deux achats sur cinq sont effectués au moyen de cet appareil. Cependant, pour un quart des achats, principalement des petits montants, le Belge opte aussi pour l’utilisation du smartphone.


A propos du BeCommerce Market Monitor

Le BeCommerce Market Monitor cartographie l'ensemble du marché belge de l'e-commerce. Le rapport est basé sur une combinaison unique de différentes sources de données : un suivi continu des données sur les consommateurs, complété par des panels de détaillants en continu et des recherches supplémentaires sur les consommateurs auprès de 4000 consommateurs par trimestre. La définition du marché total en ligne comprend tous les achats de consommation des particuliers et des ménages. Les articles commandés qui sont retournés et donc finalement non achetés sont également exclus de ce rapport. Les 20 segments de marché identifiés sont utilisés pour distinguer les produits et les services.

Les achats de produits et de services B2C sont couverts par l'observatoire du marché BeCommerce, quel que soit le lieu où le produit ou le service est acheté : à la maison, au travail, sur la route, dans la rue principale ou en magasin (en ligne en magasin via une tablette ou un kiosque). Les chiffres incluent la TVA.

BeCommerce est le commanditaire de cette recherche à grande échelle. Le BeCommerce Market Monitor est réalisé par GfK et rendu possible grâce à la Loterie nationale et à FedEx.