Quelle sera notre réalité après Covid-19. La réponse des experts

Het Belang van Limburg a présenté aux experts dix changements soudains, avec à chaque fois une question : est-ce que ce sera toujours comme avant ?

Het Belang van Limburg a présenté aux experts dix changements soudains, avec à chaque fois une question : est-ce que ce sera toujours comme avant ?

Paiement sans contact

"Je constate maintenant que beaucoup de gens, y compris les personnes âgées, passent au paiement sans contact. Et ils continueront à l'utiliser", note Pascal Paepen, économiste et chroniqueur de Het Belang van Limburg. L'augmentation de la limite pour les paiements sans contact aura également une influence durable sur ce changement.

Acheter local

La solidarité avec les commerçants locaux s'est manifestée chez de nombreux consommateurs belges ces derniers mois, mais en sera-t-il de même après la crise du coronavirus ? Malaika Brengman, professeur de comportement des consommateurs à la VUB, le redoute : "Les gens ont souvent de bonnes intentions lorsqu'il s'agit de leurs achats. Le commerce équitable ou la fierté écologique, ça plaît. Mais s'ils doivent les payer plus cher, nous constatons souvent que les considérations financières passent avant tout". 

Télétravail

Il sera difficile de tirer des leçons de cette situation extrême. Mais l'expert en télétravail de SD Worx, Jan Laurijssen, pense que le télétravail va certainement continuer à gagner du terrain, et il parle aussi du travail satellitaire dans lequel les gens sont plus susceptibles de se rendre dans un bureau régional plutôt qu'à un siège social difficile à rejoindre.

Sports individuels

La question de savoir si nous continuerons à faire du sport avec le même enthousiasme après la crise du coronavirus dépend de votre motivation à faire du sport, selon Michaël Verschaeve.  "Quiconque fait du sport aujourd'hui pour contrer l'ennui ne parviendra pas à continuer. Mais ceux qui font vraiment du sport dans un certain but, vont s'y habituer. "

Pas de poignée de main

Comme une des premières mesures contre la propagation du Covid-19, on nous a conseillé d'éviter de nous serrer la main. Mais selon le biologiste comportemental Marc Nelissen, cela ne signifie pas que le salut disparaîtra complètement de notre société.  "Après tout, cette salutation a un fondement biologique. Même les chimpanzés se touchent les mains pour indiquer qu'ils n'ont pas de sentiments agressifs les uns envers les autres. Cela joue également un rôle chez les humains.”

Manger à la maison

Les critiques affirment qu'aucun restaurant ne peut faire de bénéfices sur les livraisons locales de nourriture en cette période, même si l'étude mensuelle du centre d'expertise Foodservice Alliance a montré un doublement.  Le marché est submergé par les chaînes de restauration rapide étrangères. En outre, les restaurants doivent soit supporter eux-mêmes les coûts des coursiers, soit confier la livraison à des entreprises extérieures.  Mais il faut vite renoncer à 30 % du chiffre d'affaires. 

Ventes en ligne

Lors de la crise du coronavirus, le commerçant local a découvert la boutique en ligne. "Et ils ne vont pas s'arrêter en cours de route", dit Sofie Geeroms de BeCommerce, l'organisation qui chapeaute les boutiques en ligne belges. "Notre pays a un énorme retard en matière de ventes en ligne. En conséquence, les acteurs étrangers inondent notre marché. Mais il n'est pas trop tard, et nous serons un jour reconnaissants à la crise du coronavirus à ce propos. Pour les entrepreneurs locaux, les ventes en ligne sont le seul moyen de faire avancer les choses. Mais c'est ainsi qu'ils en verront les avantages, et qu'ils verront que le physique et la boutique en ligne peuvent aller de pair".

Stayaction

Le Belge découvrira-t-il enfin son propre pays en 2020 ? Selon Chris De Smedt, responsable de formation tourisme et loisirs à la Haute-Ecole Erasme de Bruxelles, de nombreux facteurs influencent les changements de comportement. "Cet été, les vacanciers vont probablement découvrir de nouvelles choses. Le tourisme en Flandre devra également y répondre. Ajoutez à cela la prise de conscience croissante de l'impact des voyages sur notre climat et il se pourrait bien que les gens passent désormais leurs vacances plus près de chez eux. Bien que le temps joue également un rôle crucial cet été. S’il fait mauvais, ce voyage à ‘l'intérieur des terres’ deviendra immédiatement une expérience négative."

L'enseignement à distance

Après la crise du coronavirus, les étudiants suivront-ils dorénavant  également un enseignement à domicile ? Selon Marc Hermans, chef du département éducation de PXL, trois facteurs déterminent si un enseignement à domicile est possible : l'autogestion, l'organisation et l'aspect social. Dans l'enseignement primaire, cela ne fonctionnerait pas, selon Hermans. "Mais pour l'enseignement supérieur, il y a de nombreux avantages", à écouter Hermans. "Nous pouvons mieux exploiter les bâtiments et les parkings et déplacer les cours plus facilement. Mais il ne devrait jamais s'agir uniquement d'un enseignement à distance. Et puis j'en reviens alors à l'aspect social". 

Attention aux soins

Depuis plusieurs mois maintenant, nous applaudissons massivement chaque soir le secteur de la santé. Mais cette appréciation sera-t-elle également convertie en budget supplémentaire, sachant que des économies considérables suivront ? Selon Lieven Annemans, économiste de la santé (UGent), les soins de santé sont un secteur dans lequel nous devons investir. "Les soins de santé sont un investissement, un très bon investissement en fait. Chaque euro investi rapporte plusieurs fois au fil du temps. Nous devons continuer à investir dans les soins, mais pas dans des soins inutiles", déclare Mme Annemans. “


Source

Mardi  05/05/2020